Recherche

ensemble A

 

  agendaparoisse 

du 16 au 22 octobre 2017

 

 Nos Joies et Nos Peines :

 *  Sont partis vers le Père : Madame COCU née THIERRY (Tourrettes sur Loup), Monsieur Nicolas DERENNE (Gattières), Monsieur Jean-Pierre RAMORINO, Madame Germaine PIACITELLI, Monsieur Maximin MARCEAU (Vence),    Madame Henriette ROUBAUD (La Gaude),  Monsieur René RASSE (St Jeannet).

  *   Sera baptisée dimanche le 22 octobre à 12h à la Cathédrale de Vence : – Léana SCHILLACI.

 *    Se marieront le samedi 21 octobre à Tourrettes sur Loup

     Mademoiselle Claudie MARTIN avec Frédéric LEMOR.

________

Communauté de Vence

Accueil de Vence : Horaires changées pour les après-midis - ouverture de 15h à 17h le lundi, mardi

et vendredi.

Préparation de Messe du mois de Novembre :

Lundi 16 octobre à 17h à la Cité Paroissiale de Vence.

    Adoration Eucharistique à 17h à la Cathédrale  de Vence suivie de la Messe à 18h (possibilité de recevoir le Sacrement du Pardon de Dieu pendant l’adoration) : Jeudi 19 octobre                           (il n’y aura pas de messe à la Cathédrale - Chapelle des Evangélistes à 9h).

    Concélébration à la Cathédrale de Vence : Vendredi 20 octobre à 11h – attention il n’y aura pas de messe à la Cathédrale – Chapelle des Evangélistes à 9h).

Chorale de Vence :   La chorale chantera à la messe le samedi 14 octobre à la Cathédrale de Vence à 18h30.

-------------- 

Informations paroissiales

Doyenné Vence : Mardi 17 octobre, Messe à 9h à la Cathédrale de Vence suivi de la rencontre des responsables du Doyenné

Cagnes - Vence à 9h30 à la Cité Paroissiale de Vence

- Salle Sœur Emmanuelle.

 

 

La Journée Missionnaire Mondiale

aura lieu cette année le dimanche 22 octobre 2017

semaine missionnaire___________

 

Absolu ou relatif ?

Fabrice Hadjadj (Philosophe, dramaturge,

enseignant panorama mars 2017)

« La quête de l'absolu. » A chaque fois qu’il entendait cette expression, le Frère Henri du Recouvrement ne pouvait pas s’empêcher d’avoir un petit sourire navré, comme s’il y allait à la fois d’une vérité naïve, à laquelle il fallait faire droit, et d’une duperie sourde, contre laquelle il fallait lutter. « Je me demande si la quête de l’absolu n'a pas été inventée par celui qui voulait fuir sa femme au moment où elle lui demandait de réparer l’éclairage de la cave, ou quand elle réclamait seulement un peu d’attention pour elle et ses nouvelles boucles d’oreilles. » C’est ce que m’a dit un jour ce Frère Carme, mon confesseur à l’époque, et qui par la voulait m'offrir une bonne correction fraternelle. Il ajouta aussitôt : « Au fond, la grande quête n’est pas celle de l’absolu, un peu trop vite trouvé, un peu trop commode pour se débarrasser des petites contingences, s’évader de la vie quotidienne, se désengager du politique... La grande quête est celle du relatif. Jésus est venu pour cela. L’Incarnation, c’est l'absolu qui se relativise et nous apprend qu’aimer le Très-Haut, c’est aimer le prochain, le petit près de chez soi, et même le bœuf, l'âne, les moineaux du ciel, les lys des champs... »

Ça m’a donné à réfléchir. Frère Henri ne tombait pas dans le relativisme. Le relatif, pour lui, était le but d'une quête et non une facilité immédiate. Il critiquait notre pente à isoler chaque chose par une abstraction telle que nous perdons de vue sa relation avec l’ensemble. Cette critique s’accorde avec l'écologie intégrale et le « tout est lié ›› du pape François. Elle rejoint aussi la notion de «  devoir d'état  ›› selon François de Sales : L’absolu étant Dieu créateur, il nous renvoie au relatif, nous oblige à considérer toutes les circonstances de notre vie comme un don de sa Providence et le lieu de notre mission. Admettons que vous ayez une femme, soyez français et viviez sur  Terre ; vous auriez beau prêcher le Ciel et ressusciter les morts, si vous ne prenez pas soin de votre femme, si vous ne vous souciez pas de la Terre et de la France, vous êtes pire qu’un infidèle.

ensemble B

 agendaparoisse

du 9 au 15 octobre 2017

 

Nos peines

 

    Sont partis vers le Père: Monsieur  Maximin MARCEAU, Monsieur Jean-Baptiste CHIARAMELLA (Vence).

________

Communauté de Vence

    Information Accueil de Vence : Pendant les vacances scolaires, l’accueil de Vence est ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h.

    Adoration Eucharistique à 17h à la Cathédrale  de Vence suivie de la Messe à 18h (possibilité de recevoir le Sacrement du Pardon de Dieu pendant l’adoration) : Jeudi 26 octobre                           (il n’y aura pas de messe à la Cathédrale - Chapelle des Evangélistes à 9h).

________

Communauté de St Jeannet

      Adoration Eucharistique à 18h30 suivie de la messe à 19h : Vendredi 27 octobre (dernier vendredi du mois) à St Jeannet.

 ________

     aumônerie

 reliques

 

-----------------------------------------------

De l’Esprit saint dans un corps saint

Denis Moreau enseigne la philosophie à l’université de Nantes

(Journal « La Vie «  avril 2017)

 

Le dimanche, les gens ne vont plus beaucoup à la messe. En revanche, ils sont des millions à faire du jogging. Religion de l’incarnation, le christianisme doit pouvoir se déployer aussi dans les formes caractéristiques d'une culture donnée. Rien n'interdit donc de réfléchir à son rapport à la course à pied, comme y invite d’ailleurs saint Paul en comparant son parcours d'apôtre et la vie chrétienne à une course d'endurance : « Ne savez- vous pas que dans le stade les coureurs courent tous mais qu'un seul gagne le prix ? Courez donc pour gagner» (1 Corinthiens, 9, 24) ;  « Rejetons tout fardeau et le péché qui sait si bien nous entourer, et courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée ›› (Hébreux, 12, 1). Qu'apprend-on, ou comprend-on mieux, sur le christianisme et la vie spirituelle, en pratiquant la course à pied ? Une foule de choses en fait.

ASCÈSE, PRIVATIONS ET JOIE

Que la progression suppose régularité et organisation méticuleuse de l’entraînement, qu'on n’obtient pas de succès sans être passé par un moment d’ascèse et quelques privations, que chacun possède des limites déterminant les buts qu'il peut chercher à atteindre, et en proscrivant d’autres. Que l’avancée se fait dans la monotonie, l’humble et patiente accumulation d’actes banals, répétitifs, peu enthousiasmants en apparence, le pied devant l’autre et l'oraison régulière, la séance de fractionné et la prière à heures fixes  et que ce type d'activité est néanmoins source de joie.

Que tout ne dépend pas de nous, qu'aussi rigoureuse qu'ait été notre préparation, quelque chose nous échappe au jour de l’épreuve. Le combat pour réussir la course se situe ainsi dans un entre-deux : il n'est ni la soumission passive à une nécessité souveraine dont nous serions les jouets, ni l’affirmation orgueilleused’une maîtrise complète de notre cheminement.